villa solaire: altitudes
lambris en cèdre lasuré

                le projet consistait a produire une modénature
chaude, vibrante et texturée, qui allait être
en contact direct avec les utilisateurs des alcôves
de couchage de la maison. Des raisons de coût nous
ont décidé à faire notre propre semi-produit, notre
matériau : un principe de lames de bois massif avec
un profil usiné d’altitudes variables. Notre objectif est
de changerl’échelle du lambris habituel,
et à l’inversede ce qui existe, pouvoir créer un système
continu qui une fois en place ne révèle pas la mise
en œuvre ni l’astuce. Pour cela nous avons dessiné deux
séquences distinctes qui juxtaposées aléatoirement
proposent une subtile arythmie apparaissant grâce
à la lumière rasante.
                pour nous, il fallait dissimuler la technique
dans le motif et faire disparaître les jointures pour
obtenir l’effet d’une surface continue. L’idée est
de faire un motif généré par les ombres, les
niveaux et la lumière, sans pour autant perdre
les dessins des veines du bois. Acoustiquement,
les densités, les matériaux ainsi que le motif en rond
de bosse, ont une tendance à la diffractionet 
à l’absorption, ce qui rend ces espaces 
« ronds, chauds et mats ».

----------
équipe de maîtrise d’œuvre:
conception: JKA + FUGA
JKA - Jérémie Koempgen Architecture
fuga  - J. Aich & M. Recordon
lieu: Morzine
photos: Jérôme Aich
2012



all rights reserved © deux mille vingt deux. fuga. Jérôme Aich. Magdalena Recordon. Paris. France